Mieli d'Italia

  • Aumenta dimensione caratteri
  • Dimensione caratteri predefinita
  • Diminuisci dimensione caratteri
HOME En - Fr - Es - De Français Aussi de l'Extrême-Orient arrivent des preuves accablantes sur ​​les néonicotinoïdes

Aussi de l'Extrême-Orient arrivent des preuves accablantes sur ​​les néonicotinoïdes

email Stampa PDF
10 février 2010 inglese_18x12 spagnola_18x12 lengua italiana tedesca_18x12

elicottero_irrogando

Le Ministère des politiques agricoles et forestières du Japon, en avril 2010, a publié des données que déterminent que la cause principale du déclin des abeilles et de l'apiculture sont les neurotoxiques systémiques: (14,75 MB) le 92,3% des échantillons d'abeilles procèdent des «ruches mortes contenaient des traces de néonecotinoïdes.

 

La recherche a montré ce qu'il était effectivement prévisible; le Japon est le pays avec l'utilisation de pesticides la plus élevée par rapport a sa surface. (7 fois plus haut que l'Amérique et 2,5 fois plus haut que la France). L'emploi de ces substance a triplé au cours des dernières 10 années (OECD Pesticides Reviews 2002), due aux techniques de distribution de ces produits chimiques par vois aériennes (avion, hélicoptère...).

 

 

Chaque année, arrivé le mois d'avril le Sakura (fleurs de cerisier) se teint de rose pâle, et extasies 160 millions de Japonais. Japon, vous le savez, est la terre des fleurs; “でいごの花が咲き” “Deigo no hana ga saki” “La fleur Deigo s'épanouit ” c'est ainsi que commence “Shima uta” l'une des chansons les plus populaires chantées au pais du soleil levant ;  aussi Yosa Buson (1644 -1694) l'un des plus grands interprètes de la récitation de poèmes japonais dans un de ses haïkus (composition sans un cadre poétique rigide): «disparaît l'écho des cloches du temp, persiste le parfum des fleurs, et il est nuit ». Les exemples qui témoignent de la passion des Japonais pour les fleurs sont nombreuses, mais si la situation ne change pas les artistes japonais au future seront obligés à trouver une autre source d'inspiration. Le déclin des abeilles et des autres insectes pollinisateurs essentiels pour la biodiversité, en particulier pour les plantes à fécondation entomophile, a touché aussi l'archipel japonais, mettant en danger l'écologie et la biodiversité des espèces végétales et animales de cette beau pays.

L'identification des causes du problème grâce à la recherche effectué par le Ministère, pourrait lui permettre de prendre rapidement des mesures pour enrayer le problème, mais.. cella n'est pas arrivée! On connais bien que le Japon est un terrain fertile pour les sociétés multinationales qui fabriquent des produits contenant des néonicotinoïdes, (Nippon Soda, Simutomo chimique, Mitsui Chemical Argo, la célèbre Bayer et Syngenta. Ce sont seulement quelques exemples).

giappone_perditeapi_2010_inglese

Selon le ministère japonais il n'y aurait pas suffisamment de données pour montrer que les néonicotinoïdes sont la principale cause du problème (comme vu ci-dessus 92,3% n'est pas considérée comme une valeur importante !?!). Et suivant la mode de la délibérée confusion, entre les causes et les effets, le gouvernement du japon insiste à affirmer que les majeurs responsables du déclin des abeilles sont les symptômes pathologiques finals des ruches tels que Varroa et Nosema.

Cette sort de déclarations peut faire sauter les nerfs même d'un peuple qui a fait de l’auto-contrôle zen son cheval de bataille. Et donc, au lieu de faire face aux multinationales avec leurs poisons, l'Etat japonais préfère tout simplement placer, à leurs propres frais, dans des zones dépourvues de pollinisateurs, des nouveaux ruchers pour assurer la pollinisation (bien sur destinées à mourir).

L'effet des néonicotinoïdes ne se limite pas aux insectes et aux autres petites formes de vie comme les grenouilles et les oiseaux! Le magazine «Aera»dans l'édition du 1er Décembre 2008 (LINK document en japonais) a publié une étude démontrant la toxicité de ces molécules pour l'homme. Les néonicotinoïdes affectent le système nerveux, et plus particulièrement l'acétylcholine, un neurotransmetteur nécessaire pour le normal fonctionnement du cerveau des insectes 1). L'acétylcholine, cependant, est également présent chez les vertébrés, y compris les humains, et comme ces composés sont retenus chez les plantes pendant de longues périodes, le contact et l'ingestion de ces molécules efficaces à des doses infinitésimales est inévitable.

 

Quelle excuse adopteront les ministres du Japon en face a des personnes intoxiquées par des produits chimiques que personne n'a pas retiré du marché?

 

Michele Valleri

Traduction de Maria Jose Pastor Rodriguez

1.     Kagabu,S.,1999. Discovery of chloronicotinyl insecticides. In: Yamamoto,I.,Casida,J.E. (Eds.), Nicotinoid Insecticides and the Nicotinic Acetylcholine Receptor. Springer,Tokyo,pp. 91–106.